善恶有报是天理 天道轮回点化你!

忘记密码

En Chine, 90 000 greffes clandestines font tourner des hôpitaux entiers《费加罗报》“在中国,9万例非法器官在所有医院移植”

2016-08-27 17:32 作者: 来源: 本站 浏览: 196 views 我要评论 字号:
Un rapport canadien dénonce un important trafic d’organes prélevés en majorité sur des « prisonniers de conscience ».

«Il ne faut jamais croire les chiffres donnés par les autorités chinoises», affirme David Kilgour. Pour cause, cet ancien député du parti Libéral du Canada, avocat de profession, dévoile dans un rapport paru fin juin que derrière les 10 000 greffes d’organes déclarées l’an dernier en Chine, se cachent «entre 60 000 et 90 000» opérations clandestines.

Dans un rapport autofinancé bientôt disponible dans les librairies nord-américaines, David Kilgour et ses collaborateurs ont analysé, entre autres, l’évolution du nombre de lits, des taux d’occupation, des temps d’attente des receveurs dans environ 700 des 20 000 hôpitaux chinois. Selon David Kilgour, qui était de passage à Paris début juillet, «il n’y a jamais eu autant de transplantations en Chine. Rien que dans l’hôpital central de Tianjin, qui a ajouté en 2006 un immeuble complet de 17 étages avec 500 lits uniquement dédiés aux transplantations, nous pensons qu’il y en a eu plus de 6 000 l’an dernier. Difficile de croire que les 144 autres centres officiels de transplantations se partagent seulement 4 000 opérations!»

En plus de sa grande capacité d’accueil, la Chine se caractérise par ses opérations «à la carte». L’hôpital Changzheng à Shangaï assure que «le temps moyen d’attente pour un organe est d’une semaine, et, en cas d’urgence, 4 heures». Le centre d’aide internationale à la transplantation en Chine, qui se propose de faciliter l’accès aux greffes, indique même que «si un problème survient avec le greffon, le patient pourra en obtenir un second la semaine suivante».

Le rapport canadien regorge de témoignages ahurissants, comme celui d’un citoyen taïwanais ayant reçu pas moins de sept greffons différents en seulement quelques semaines. Un cas de figure invraisemblable en Occident où l’attente dure des mois, voire des années. «Cela crée un véritable tourisme chirurgical. Pour 70 000 dollars, on peut avoir un package avec avion aller/retour, hôtel et un rein», raconte Francis Navarro, chirurgien au CHU de Montpellier, qui a participé à de nombreuses rencontres sur le sujet.

Falun Gong

Quelle est l’origine de ces organes dans un pays où, culturellement, il est important que le corps soit enterré entier? Les autorités évoquent «des prisonniers condamnés à mort ayant donné leur consentement». Une explication qui ne satisfait ni l’Organisation mondiale de la santé, pour qui le jugement d’une personne incarcérée n’est pas «libre et éclairé», ni David Kilgour: «Ça ne colle pas. Il faudrait un nombre considérable d’exécutions pour pouvoir fournir autant d’organes dans des délais aussi court». Selon l’avocat, «la majorité des organes sont prélevés sur les prisonniers de conscience pratiquants du Falun Gong».

Le Falun Gong (aussi appelé Falun Dafa) est une philosophie de vie visant à garder le corps en bonne santé et la conscience en éveil. Introduite en 1992 aux populations par le professeur Li Hongzhi, cette pratique séduit près d’un Chinois sur 12 à la fin du XXe siècle. Un engouement qui ne plaît pas à Jiang Zemin, premier secrétaire du parti communiste alors en place, demandant l’arrestation des pratiquants du Falun Gong du pays dès 1999. Depuis, ils remplissent les prisons chinoises comme le rapporte Amnesty International. «On pense que des dizaines de millions d’entre eux sont derrière les barreaux. C’est très difficile de donner un chiffre précis, le système carcéral chinois est très opaque», explique David Kilgour.

Des pratiquants du Falun Gong réunis à Séoul en Corée du Sud où ils ne sont pas persécutés.
Des pratiquants du Falun Gong réunis à Séoul en Corée du Sud où ils ne sont pas persécutés. Crédits photo :

Des organes «très sains»

Cette persécution coïncide avec une multiplication par 4 des opérations de transplantations entre 1997 et 2004. «Nous avons appelé de nombreux hôpitaux en nous faisant passer pour des clients. Nous leur avons demandé s’ils avaient des organes de membres de Falun Gong à disposition. Ils nous ont tous dit oui», raconte l’ancien député. Pourquoi ces gens-là spécifiquement? «Ils ne fument pas, ne boivent pas, ont une activité physique régulière… Leurs organes sont très sains».

Selon les auteurs du rapport, jusqu’à 1,5 million de pratiquants du Falun Gong auraient été tués pour leurs organes depuis 1999. «C’est un crime contre l’humanité», affirme David Kilgour. Malgré l’ampleur du scandale, le combat des ONG et la reconnaissance d’institutions comme la Société des droits de l’homme – qui a récompensé en 2010 les premières révélations canadiennes – les États réagissent trop peu.

«C’est un sujet sensible car il touche de forts intérêts économiques. Quand on demande l’avis des politiques français, ils nous répondent que ça ne nous regarde pas», regrette Francis Navarro. En 2010, Valérie Boyer, députée Les Républicains, a bien proposé une loi visant à «lutter contre le tourisme de transplantation d’organes obtenus sur des donneurs vivants contre leur volonté et sous la menace» mais celle-ci est restée sans suite.

En attendant une véritable reconnaissance de leur combat, David Kilgour et l’association Doctors Against Forced Organ Harvesting, nominée au Prix Nobel de la Paix en 2016, multiplient les conférences à travers le monde pour informer les institutions et les populations.

LA RÉDACTION VOUS CONSEILLE:

Greffe d’organes en France: des objectifs atteints mais insuffisants 

Mucoviscidose: les greffes de poumon multipliés par 6 en seize ans 

Greffe de pénis réussie aux États-Unis 


发表评论

你必须 登录后 才能评论!

会员登录关闭

记住我 忘记密码

注册会员关闭

小提示: 您的密码会通过填写的"电子邮箱"发送给您.